Rechercher

Rachat de la Méridionale : une bonne affaire pour la CMA-CGM ?

Table des matières

Le rachat de la Méridionale par la CMA-CGM a été officialisé le 31 mai 2023. C’est un nouvel actif à mettre au compte de la multinationale dirigée par Rodolphe Saadé. Après Colis Privé, Oxatis, Ceva Logistics, Gefco, mais aussi le journal La Provence, c’est une nouvelle acquisition stratégique pour le groupe marseillais qui vient renforcer sa toute nouvelle division « Transports Maritimes Spécialisés ». Dans cet article, nous allons évoquer avec vous cette nouvelle activité de l’armateur marseillais. Nous vous dévoilerons aussi les coulisses de ce rachat de la Méridionale.

La CMA CGM se lance dans le transport maritime de passagers

Comme nous l’avons évoqué un peu plus haut, la CMA CGM a créé une nouvelle division au sein de son groupe, intitulée « Transports Maritimes Spécialisés ». Derrière ce nom mystérieux sont abrités les actifs stratégiques de la CMA dans le transport de passagers. A ce jour, il s’agit de deux entreprises : Brittany Ferries, compagnie bretonne dans laquelle le groupe de Rodolphe Saadé a injecté 25 millions d’euros. Cet investissement a été converti en actions à hauteur de 12% du capital de la société.

Utiliser les soutes pour le transport de marchandises

L’objectif pour le spécialiste français du transport de conteneurs est de pouvoir utiliser les soutes des navires de Brittany Ferries pour le transport de marchandises. Avec La Méridionale, l’opération est à peu près similaire. Sauf que la CMA CGM prend le contrôle total de la compagnie qui relie la Corse à Marseille. C’est une acquisition très politique puisque cette société bénéficie d’une délégation de service public, et ce jusqu’en 2029. Le rachat de la Méridionale marque donc une nouvelle étape pour le groupe de Saadé. Symboliquement aussi, puisque les navires de la Méridionale mouillent sous ses bureaux.

Jean-Emmanuel Sauvée, nouvel homme fort de La Méridionale

Pour présider le Conseil d’Administration, Rodolphe Saadé a fait appel à Jean-Emmanuel Sauvée, également dirigeant de la division Transports Maritimes Spécialisés de la CMA-CGM, et ancien dirigeant de la Compagnie du Ponant. Aujourd’hui, outre Brittany Ferries et La Méridionale, cette entité compte également une participation dans la start-up nantaise Neoline, qui développe un navire roulier propulsé par une voile.

rachat de la Méridionale

Rachat de la Méridionale : une opération au prix fort

Le rachat de la Méridionale s’est réalisé après des négociations exclusives avec son actionnaire unique depuis 2009 : le groupe Stef. Cette société, qui possède son siège social au sein de la tour La Marseillaise (voisine de la tour de la CMA-CGM), constitue le numéro 1 français du transport frigorifique par camions. Ainsi, La Méridionale constituait un actif stratégique : c’était la compagnie qui lui permettait de desservir la Corse en produits frais et surgelés, quand on sait que cette région française est très dépendante du continent pour son approvisionnement.

Le rachat de la Méridionale par la CMA CGM ne s’est donc pas fait de façon opportuniste. C’est une acquisition réfléchie qui s’est certainement payée au prix fort. En effet, la vente s’est faite juste après le renouvellement de la délégation de service public (qui court désormais jusqu’en 2029). D’autre part, le repreneur s’est engagé à acquérir deux nouveaux navires pour le transport de passagers, qui viendront remplacer deux bateaux vieillissants.

Mais, ce rachat de la Méridionale par le groupe Saadé permet à l’entrepreneur marseillais de renforcer sa présence en Corse. En rachetant le groupe La Provence, il avait déjà mis la main sur le quotidien local Corse Matin.

rachat de la méridionale : les deux tours clés des entreprises marseillaises
Plus d'articles

Recevez Refrance

Directement dans votre boîte aux lettres

Vos données resteront la propriété exclusive de Refrance et ne seront utilisées qu’à des fins éditoriales

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Refrance : Revue Economique de France utilisera ces informations uniquement pour vous envoyer sa newsletter. Vos données ne seront pas utilisées à des fins commerciales.