Rechercher

La sécheresse bouleverse les acteurs de l’eau

Table des matières

La sécheresse de l’été 2023 a bouleversé les certitudes quant à l’approvisionnement en eau. Jusque-là, la plupart des entreprises et des particuliers ne se sentaient pas concernées par le risque de stress hydrique. Mais, comme le fait de manquer d’eau devient de plus en plus concret, surtout dans certaines régions de France comme les Pyrénées-Orientales, l’innovation s’organise pour éviter le gaspillage et rendre les usages de l’eau plus efficients.

Innovations dans l’agriculture pour rendre l’irrigation plus efficace

En 2023, les agriculteurs français ont adopté en masse des systèmes d’irrigation intelligents. Ces technologies utilisent des capteurs et des algorithmes pour déterminer les besoins exacts en eau des cultures. Elles permettent une irrigation précise, réduisant ainsi le gaspillage d’eau et améliorant la santé des plantes.

Le recours aux drones : une nouveauté pour les agriculteurs

Par ailleurs, les drones sont devenus un outil précieux pour surveiller les champs et déterminer les zones nécessitant une attention particulière en matière d’irrigation. Ils fournissent des données détaillées sur l’humidité du sol et la santé des cultures, permettant aux agriculteurs d’ajuster leur approche en temps réel.

L’agriculture de conservation

On a vu en France le développement dès la fin de l’année 2023 de l’agriculture de conservation. Cette méthode, qui gagne en popularité en France, implique des pratiques telles que le non-labour et l’utilisation de cultures de couverture. Elle vise à améliorer la rétention d’eau dans le sol et à réduire le besoin d’irrigation, tout en préservant la santé du sol et la biodiversité. Le couvert végétal permet de mieux retenir l’eau et réduit la température de la terre en protégeant naturellement les cultures d’une trop forte exposition au soleil.

La question des eaux grises : un vaste chantier en France

Les systèmes de réutilisation des eaux grises ont connu des améliorations significatives d’un point de vue technique, depuis plusieurs décennies. Ces systèmes traitent et recyclent les eaux usées pour une nouvelle utilisation offrant une source d’eau supplémentaire et réduisant la pression sur les ressources en eau douce. Néanmoins, les réticences sont nombreuses, tant chez le consommateur que chez le législateur.

Aujourd’hui, la loi empêche bon nombre d’utilisations d’eaux en France. Tandis que dans d’autres pays, comme à Singapour, les eaux grises sont érigées en modèle vertueux, celles-ci étant même réalisées pour la fabrication d’une bière recherchée. Cette avance est liée au fait que Singapour dispose de très peu de ressources en eau pour une population extrêmement nombreuse. C’est une des plus fortes densités de population de la planète.

Expérimentations dans l’industrie

Les expérimentations du recyclage des eaux usées dans l’industrie ont commencé à fleurir, à mesure que l’Etat a annoncé lever certains blocages. Par exemple, le site industriel Coca-Cola des Pennes-Mirabeau a annoncé le réemploi des eaux de rinçage des bouteilles. Cela ne représente que 1% de l’eau utilisée sur le site, mais c’est plusieurs milliers de mètres cubes annuels.

La recherche commence aussi à se pencher sur les procédés de purification des eaux usées afin d’optimiser la qualité de ces eaux grises.

Réduire la consommation d’eau chez les particuliers

La dernière piste pour réduire la consommation d’eau des Français consiste à réduire la consommation chez les particuliers. Pour cela, deux pistes sont les plus étudiées. Premièrement, il s’agit de réduire la consommation d’eau des toilettes avec des chasses à faible débit, ou un évier au-dessus pour permettre la double utilisation de l’eau (pour se laver les mains et pour tirer la chasse).

Le pommeau de douche à économie d’eau est aussi à l’ordre du jour. Avec une plus forte pression, le confort d’utilisation est le même pour l’utilisateur mais le débit passe de 15 litres / minute à moins de 5 litres par minute selon les produits.

Plus d'articles

Recevez Refrance

Directement dans votre boîte aux lettres

Vos données resteront la propriété exclusive de Refrance et ne seront utilisées qu’à des fins éditoriales

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Refrance : Revue Economique de France utilisera ces informations uniquement pour vous envoyer sa newsletter. Vos données ne seront pas utilisées à des fins commerciales.