Guerre cognitive : la France à l’horizon 2030

Table des matières

A l’occasion du Forum Innovation Défense de novembre 2021, Florence Parly, la ministre des armées a consacré l’Innovation comme rempart aux nouvelles conflictualités et aux nouvelles formes de menaces. Elle s’est justement positionnée sur les questions de guerre cognitive. Les relations internationales et les espaces de conflits se déplacent dans le domaine de l’Influence écrivant ainsi de nouveaux rapports de force autour de la guerre cognitive.

La guerre cognitive

Contrôler et fabriquer la manière dont chaque individu réagit au quotidien face à l’Information. La multiplicité des supports d’Information participe à créer de nouveaux espaces de conflits et la saturation de l’Information. La guerre cognitive consacre donc l’Influence comme le levier et la zone de conflit du XXIème siècle.

A travers le discours de Florence Parly, la France reconnaît la guerre cognitive comme nouvel espace de conflit. La ministre déclare que  » Ces scénarios nous font entrevoir les possibilités d’une nouvelle forme de menace combinant des capacités dans la manipulation de l’information, de désinformation, de cybernétique, de psychologie, d’ingénierie sociale, de biotechnologies et que l’on pourrait résumer en une sorte de nouvelle forme de guerre : la guerre cognitive. »

guerre-cognitive

La science-fiction écrit les scénarios potentiels de conflits du futur

Cette annonce indique donc que le Ministère des Armées s’inspire des travaux de la Red Team, un groupe d’auteurs de science-fiction dont les scénarios anticipent les menaces futures. C’est une nouveauté particulièrement intéressante. La guerre cognitive repose bien entendu dans le contrôle des données de chaque individu produit au quotidien. Ces dernières, filtrées, analysées, permettent d’établir un profil utilisateur et client pour de nombreux entreprises faisant émerger un véritable marché cognitif.

La data permet aux entreprises de comprendre et de mesurer le parcours des touristes dans un territoire, et des citoyens dans une ville pour accompagner les enseignes à mieux s’installer. Dans le cadre des élections, la data permet aux candidats et aux équipes de campagne de mieux profiler les électeurs et d’optimiser leur porte-à-porte. Manipuler les comportements des gens en recourant à leurs sens permet de modifier notamment les datas.

Data et guerre cognitive

Mais la data permet également de prendre le pouls d’un climat social dans un territoire, dans un pays, et mieux contrôler et changer la manière de penser. Facebook devient Meta pour faire oublier l’affaire de Cambridge Analytica. Dans sa gestion de la crise sanitaire, le gouvernement français faisait fuite des informations sur les réseaux sociaux pour voir et mesurer leur acceptabilité par la population française en ligne.

Ce déplacement de la démocratie sert des intérêts immédiats pour le gouvernement mais lorsque ces éléments sont récupérer par des puissances étrangères extérieures. Ainsi, la France doit être en mesure de se défendre face aux tentatives d’ingérences étrangères en matière de guerre cognitive.

Influence et Intelligence Economique

La guerre d’influence, est une branche de l’Intelligence Economique qui consiste à modeler la pensée, l’Opinion. Elle s’attaque au système de pensée de l’individu. L’influence, quant à elle, agit sur le long terme et sur les mécanismes de prise de décision.

Le projet Myriade

Ainsi, pour défendre la France dans la guerre cognitive, le gouvernement prévoit d’utiliser des fonds publics pour soutenir le développement d’entreprises nationales qui pourraient permettre la défense cognitive de la France. Les fonds seront prioritairement attribués en faveur des investissements au capital-risque auprès des entreprises innovantes en phase d’industrialisation ou en forte croissance. Il pourra toutefois intervenir également au sein des start-ups en série A (c’est à dire au moment de la deuxième levée de fonds de l’entreprise).

Les thématiques financées doivent toucher les domaines de La Défense de manière transversale : l’énergie, la quantique, les technologies de l’Information et de l’intelligence artificielle, l’électronique et les composants, les matériaux, la santé et l’humain.

Plus d'articles

Recevez Refrance

Directement dans votre boîte aux lettres

Vos données resteront la propriété exclusive de Refrance et ne seront utilisées qu’à des fins éditoriales