Rechercher

Israël face au dilemme des otages à Gaza : entre pression morale et enjeux militaires

Table des matières

La question des otages du Hamas, toujours brulante, occupe une place prépondérante dans la conscience nationale et sociétale israélienne. Elle confronte les décideurs actuels à des choix cornéliens, entre pression de ses alliés occidentaux, attentes de son opinion publique et le rôle de négociateur incontournable du Qatar.

Une lueur d’espoir dans un contexte tendu

La nouvelle a été accueillie comme une bouffée d’oxygène dans un Proche-Orient asphyxié par les tensions : la libération de Nathalie Raanan et de sa mère Judith par le Hamas, après leur détention à Gaza depuis le 7 octobre, fut la première bonne nouvelle dans la zone depuis trois semaines. Et si les détails des négociations demeurent secrets, la médiation du Qatar semble avoir joué un rôle déterminant. Le même jour, une accalmie dans les bombardements a été observée, et de l’aide humanitaire avait pu être acheminée à Gaza. Une courte éclaircie diplomatique dans un contexte militaire particulièrement tendu tandis que la situation demeure précaire, tant pour les habitants de Gaza que pour les familles des otages encore détenus.

Un dilemme entre sauvetage et stratégie militaire

Mais la presse israélienne se fait le relai des craintes des fratries, exacerbées par la ligne officielle du gouvernement. Car les récentes déclarations de Nir Barkat, ministre israélien de l’Économie, ont suscité de vives inquiétudes. Affirmant que la priorité était la « destruction du Hamas », il plaçait la libération des otages en second plan.

Et cette posture, si elle était suivie d’effets, marquerait une rupture profonde dans la promesse d’Israël de garantir la sécurité de ses citoyens. Le débat est vif en Israël : faut-il négocier avec ceux que l’on considère comme des ennemis ? Certains rappellent les conséquences de précédents échanges, comme la libération de 1027 Palestiniens en échange de Gilad Shalit en 2011. Et parmi eux… des figures aujourd’hui centrales du Hamas. Un changement de paradigme est donc à l’oeuvre du côté des autorités de l’État hébreu. 

La pression internationale et les choix à venir

Selon certaines sources, les États-Unis et plusieurs pays européens chercheraient à différer une intervention terrestre d’Israël, laissant ainsi le champ libre à la diplomatie. Chaque heure sans intervention militaire au sol est une heure de gagnée pour la libération des otages, notamment via le Qatar. Mais le gouvernement israélien est à la croisée des chemins. Chaque jour qui passe réduit sa marge de manœuvre et tend ses relations avec ses alliés occidentaux sur ce sujet. Face à ce dilemme entre concessions et intransigeance, Israël doit prendre une décision, tout en étant conscient que les répercussions de ce choix pèseront lourdement sur son avenir sécuritaire.

Plus d'articles

Recevez Refrance

Directement dans votre boîte aux lettres

Vos données resteront la propriété exclusive de Refrance et ne seront utilisées qu’à des fins éditoriales

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Refrance : Revue Economique de France utilisera ces informations uniquement pour vous envoyer sa newsletter. Vos données ne seront pas utilisées à des fins commerciales.