Rechercher

Vente de passoire thermique : un marché immobilier dynamique

Table des matières

Si le marché immobilier est à l’arrêt, en raison principalement de la hausse brutale des taux d’intérêts, il y a un sous-segment qui ne connaît pas vraiment la crise. Et qui s’avère même particulièrement dynamique. Il s’agit de la vente des passoires thermiques. Comme nous le verrons dans cet article, ce sous-segment du marché immobilier fait intervenir de nombreux artisans (entreprise de nettoyage et débarras, plaquistes, menuisiers…), et permet de réduire la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel.

Depuis le changement de barème du diagnostic de performance énergétique (DPE) en 2021, le gouvernement a défini un calendrier d’interdiction à la location des logements trop énergivore. A l’heure actuelle, une passoire thermique est dite G+. Mais, d’ici le 1er janvier 2025, les logements G seront exclus de la location. Et ce sera le cas des logements F au 1er janvier 2028. Le concept de passoire thermique est donc amené à s’étendre avec le durcissement de la législation.

Une hausse du nombre de ventes de logements dits passoire thermique

Au fur et à mesure que le calendrier légal se précise, le nombre de ventes de passoires énergétiques n’a cessé de s’amplifier. De 11% des ventes de logements en 2021, les passoires thermiques représentent désormais 18% des logements vendus au deuxième semestre 2023. Cette hausse du nombre de ventes est liée à trois facteurs fortement liés.

Des propriétaires qui préfèrent vendre plutôt que rénover

Premièrement, de nombreux propriétaires ne souhaitent pas réaliser eux-mêmes les travaux de rénovation énergétique d’un logement qu’ils louent. Par conséquent, comme ils ne peuvent plus les laisser sur le marché locatif, ils se retrouvent contraints à les mettre en vente.

Les investisseurs spécialisés dans la passoire énergétique

Ensuite, cette affluence de biens sur le marché a tendance à faire baisser leur prix, surtout que désormais le coût des travaux peut être finement budgété.

Troisièmement, des investisseurs d’un nouveau genre ont investi la thématique et voient la vente de passoire thermique comme une source de bénéfices futurs. Profitant de la décote sur la vente de passoire thermique, ils réalisent une importante plus-value en devenant maîtres de la rénovation énergétique.

Vente de passoire thermique : de nombreux professionnels mobilisés

Si, pour les notaires, une vente de passoire thermique reste une vente comme une autre, ce n’est pas le cas de tous les professionnels. En effet, au cours de notre enquête, nous nous sommes rendus compte que pour beaucoup d’artisans, la mise sur le marché et la vente de passoire thermique entraîne un boom de la rénovation.

Que ce soit une entreprise de nettoyage et débarras, un plaquiste, ou un installateur de pompes à chaleur, la rénovation de passoire thermique crée de l’emploi, en plus d’apporter un peu de dynamisme à un marché de l’immobilier atone en ce moment. En effet, pour rénover une passoire énergétique, de nombreux corps de métiers sont nécessaires. Les travaux prennent entre 9 et 16 mois en moyenne, ce qui a tendance à gripper le marché de la location. En effet, de nombreux biens disparaissent plusieurs mois voire plus d’une année avant d’être remis sur le marché une fois rénovés.

La tension sur le marché locatif n’est pas spécifiquement liée au nombre de mises en travaux. Elle est aussi attribuable aux biens retirés définitivement du marché afin d’être destinés à la location saisonnière.

Vente de passoire thermique

Amélioration du bilan énergétique du secteur résidentiel

La vente de passoire thermique, et leur mise en rénovation concourt à une amélioration globale du bilan énergétique du secteur résidentiel. Mieux isolés, ces logements consomment moins d’énergie pour le chauffage, à température ambiante égale, donc sans effort de sobriété de la part de l’habitant du dit logement.

Légiférer sur les passoires thermiques vise d’ailleurs un objectif de réduction des gaz à effets de serre produits par la France, avec en ligne de mire, l’objectif de la neutralité carbone pour 2050.

Plus d'articles

Recevez Refrance

Directement dans votre boîte aux lettres

Vos données resteront la propriété exclusive de Refrance et ne seront utilisées qu’à des fins éditoriales

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Refrance : Revue Economique de France utilisera ces informations uniquement pour vous envoyer sa newsletter. Vos données ne seront pas utilisées à des fins commerciales.